Comment savoir si c’est le bon?

comment-etre--meilleure-amie-texas-mama-blog

“Comment fait-on pour savoir que c’est le bon, que c’est THE ONE ?”

Certains diront que les expériences diverses en matière de relations amoureuses sont une bonne chose car tu sais ensuite davantage ce que tu veux et ce que tu cherches. D’autres espèreront tant pour eux que pour leurs enfants que le premier amour soit le bon. Tout comme le premier champ d’étude, le premier instrument choisi, etc.

Dans mon cas, avant Martin, mon mari, mon meilleur ami et le père de mes quatre enfants, il y a eu « autre chose ». Il y a eu un apprentissage de cet aspect jusque là inconnu de la vie. Celui où tu apprends à te connaître, à découvrir ton corps, ta personnalité, tes valeurs et tes objectifs. Tu sais, la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte… ?

Je me souviens clairement de ce moment – il y a 20 ans – où je suis arrivée incertaine et peut-être même terrifiée dans la cuisine, à la maison. Mon père était là, heureusement, seul. Je me suis lancée : «Comment tu fais pour savoir que… ben que… c’est LE bon ? ». Mélange de gêne, de malaise et de grand besoin d’avoir des réponses.

Je me rappelle que ce fut un des moments de la vie où j’ai posé une question à mon père et que j’ai ressenti tout le malaise de la situation – je précise ici que plusieurs de mes questions existentielles que l’on attribue souvent à celle que les filles posent à leur mère ont été posées à mon père, faute de mère présente à la maison. Et oui, ça change quelque chose.

Alors, je reviens à mes moutons : comment fait-on pour savoir que c’est « Ze guy », celui avec qui ça vaut la peine de lutter , de travailler fort, d’essayer, de passer par dessus les erreurs, de pardonner, d’investir tout mon temps et mon énergie ?

Il m’a alors grosso modo répondu qu’on ne pouvait jamais vraiment avoir la certitude. Mais principalement, voici ce que j’ai retenu de sa réponse :

« Juste le fait que tu poses la question… est …peut-être… un indicateur ».

Je suis repartie avec cette réponse – il ne fallait quand même pas étirer le malaise. Et la réponse tournait en boucle dans ma tête. Puis … la relation dans laquelle je me trouvais s’est terminée et cette réponse m’a toujours hantée.

Aujourd’hui en écrivant ces lignes, je repense à tout cela et je comprends que nous parlions alors d’instinct, d’intuition. De cette petite voix qui te dit « oui » ou « non » sans trop savoir pourquoi. Cette petite voix qui fait que tu prends des décisions dans ta vie en accord avec tes valeurs et tes principes, même si les gens qui t’entourent ne comprennent pas toujours. Parce que l’explication n’est pas nécessairement hyper rationnelle comme un plan avec un point a, un point b et un point c. C’est juste la meilleure chose à faire.

Au fond, c’est comme ça pour toutes les décisions importantes que l’on prend dans la vie. Il faut écouter cette petite voix qui sait exactement ce qui est bon pour nous. Et parfois on l’entend mal. Et dans ce temps-là, elle crie. Le meilleur service que l’on peut se rendre, c’est certainement de s’efforcer à la capter dans le brouhaha de la vie.

Laisserun commentaire